Jeudi 15 janvier 2015 > Conférence "L'habitat au Néolithique dans le sud de la France" par Luc Jallot

Jeudi 15 janvier 2015
Lieu :
Lieu: 
Site archéologique Lattara-musée Henri Prades
Reconstitution grandeur nature d'une maison du Néolithique final sur le site de Cambous. Photo : Alain Aigouin.

Jeudi 15 janvier 2015 > Conférence "L'habitat au Néolithique dans le sud de la France" par Luc Jallot

Dans le cadre de l'exposition temporaire "Jean Arnal et le Néolithique en Languedoc", Luc Jallot, maître de conférence en préhistoire à l'Université Paul Valéry de Montpellier, UMR 5140 "Archéologie des Sociétés Méditerranéennes" de Lattes, propose le jeudi 15 janvier 2015, à 18h30, une conférence "L'habitat au Néolithique dans le sud de la France".

Dans les zones couvertes par la garrigue, de nombreux villages de maisons serrées en grappes et construits par les populations du Néolithique ont été découverts.
Ces habitats, qui se succèdent à peu de distance l’un de l’autre – du Montpelliérais aux basses Cévennes calcaires – sont peu étendus et constitués de maisons en pierre sèche à pièce unique, aux extrémités arrondies et couvertes par une toiture végétale ou en pierre à double pente.
Le village de Fontbouisse à Villevieille (Gard), fouillé par Damien Peyrolle et Jean Arnal, ceux de Conquette ou de Cambous près de Saint-Martin-de-Londres (Hérault), sont les plus connus. Mais des centaines d’autres attendent les chercheurs.
Certains établissements comme le Lébous à Saint-Mathieu-de-Tréviers (Hérault), fouillé par Jean Arnal, ou Boussargues à Argelliers (Hérault) forment des enclos polygonaux en pierre abritant les maisons.
Plus au sud, dans les bassins du Vistre et du Lez, les habitats pouvaient atteindre 5 à 10 hectares et comprenaient des réseaux de profonds fossés imbriqués, et des maisons à murs de terre.
Responsable de fouilles d'habitats à Mauguio et à Cambous, Luc Jallot nous présentera les derniers acquis de la recherche sur ces questions.